Maman nous avait toujours dit que nous mettre au monde lui avait donné vie.
Nous avons grandi ensemble, en équilibre.
Qu’allait-il advenir de sa vie, son nid vide, une fois ma soeur, mon frère, et moi partis ?
J’ai quitté la maison la première, à 14 ans. De cet éloignement, j’ai pris conscience du lien si puissant qui nous reliait.
Il y a eu un premier envol puis un second, inattendu.
Le troisième départ a éventré son monde.
Il n’y avait plus d’enfant dans la maison, elle était seule, face à elle même, exsangue de tout ce qui avait motivé son existence pendant tant d’années.

Elle riait souvent, même si elle semblait chercher sans cesse où, comment, et pourquoi puiser une autre sève.
Un an après le dernier envol, elle a vendu la maison vide où nous avions grandi, dernière image de notre enfance commune.
Mon regard photographique et mon amour de fille l’ont accompagnée dans cette traversée.
Aujourd’hui, elle vit loin dans les montagnes. Elle a choisi de puiser ses racines dans la nature, de vivre enfin pour elle, et de naître pour nous.

You may also like

Back to Top